web analytics

PPCR

PPCR

CLASSE EXCEPTIONNELLE

Avant de faire le bilan des 2 campagnes de classe exceptionnelle qui viennent de se dérouler, il est important de rappeler que le SNEP FSU a défendu plusieurs axes durant les discussions PPCR :
– Nous nous sommes tout d’abord opposés à la création d’un nouveau grade en défendant la création d’échelons supplémentaires à la Hors Classe et la suppression du ratio de 10% du corps
– Ensuite, nous avons revendiqué la suppression des 2 viviers et demandé à ce que la classe exceptionnelle soit ouverte à tous et toutes. C’est-à-dire que le 80% d’accès fonctionnel disparaisse (à l’origine l’administration prévoyait 90%), tant celui-ci revêt nombre d’injustices.
– Face au maintien de 2 viviers par l’administration, nous avons proposé d’intégrer aux fonctions reconnues au titre du « vivier fonctionnel » de multiples missions qui auraient permis à de nombreux collègues de pouvoir y prétendre (prof principal, coordonateur EPS, de district, tuteur, prof en EREA, reconnaissance éducation prioritaire avant 90, directeur départemental et régional adjoint etc.)
– nous avions revendiqué un barème d’accès à la classe exceptionnelle valorisant l’ancienneté et non l’avis du recteur
Bilan
Ce que nous avions dénoncé lors des discussions est maintenant avéré
– le vivier 1 est tari est notre académie de Nice, en fera certainement parti. (..) Des promotions vont se perdre si le pourcentage n’est pas repensé
-des jeunes collègues sont promus faute de candidats éligibles au vivier 1 et risquent du coup « boucher » l’accès pour de nombreuses années (..)
– une grande amertume chez les collègues non promus et une concurrence exacerbée
– un barème où l’avis du recteur est surdéterminant alors que les avis littéraux sont parfois posés de manière discutable et ne retracent pas l‘ensemble de la carrière
Nous continuerons de revendiquer un accès pour tous à la classe exceptionnelle. Il aura fallu presque 30 ans pour que la hors classe soit reconnue comme telle et qu’il soit écrit que chaque enseignant a vocation à dérouler sa carrière sur 2 grades. Elargir l’accès à la classe exceptionnelle, au-delà de la suppression des viviers, passe aussi par une extension des fonctions éligibles !
Coralie Benech

la 2de CAPA des PROFS EPS s’est tenue le mercredi 2 mai 2018
Pour le vivier 1: 19 sur 24 ont été promu(e)s
Pour le vivier 2: 6 sur 132 ont été promu(e)s

LA 1ere CAPA des PROFS EPS s’est tenue ce lundi 19 Fevrier 2018
Pour le vivier 1: 17 sur 33 ont été promu(e)s
Pour le vivier 2: 5 sur 130 ont été promu(e)s

Lire la Déclaration Liminaire du SNEP FSU NICE..–> ICI
la CAPA des agrégés doit être entérinée par le ministère

BILAN DE LA CAPA CLASSE EXCEPTIONNELLE des professeurs d’EPS dans le cadre des premières promotions à la classe exceptionnelle du 19/02.

Beaucoup de constats sont déjà exposés dans le cadre de notre déclaration liminaire que vous pourrez lire sur notre site internet ICI. Pour autant, quelques commentaires sont nécessaires.

Au préalable, nous souhaitons rappeler que le SNEP-FSU ne souhaitait pas que soit crée un nouveau grade. De fait, créer un nouveau grade, c’est exclure d’office de nombreux collègues (y compris très méritants) de l’accès au plus haut niveau de la grille indiciaire de leur corps. Pour autant, les nouvelles carrières offrent une revalorisation indéniable pour chacun. Et pour ceux qui accèderont à la classe exceptionnelle, ce sera un bond salarial. Le dernier échelon de la classe exceptionnelle représentera plus de 550 euros nets mensuels par rapport au dernier échelon de la hors classe revalorisé.

Au travers de ce constat, une nouvelle bataille commence. Il va falloir faire en sorte que le gouvernement actuel respecte les engagements de l’état en matière de carrière. Il faudra pour cela un vrai rapport de force qui commence le jeudi 22/03/2018 avec la grève unitaire fonction publique. D’autre part, il faut se battre, comme nous l’avons fait pendant 25 ans pour la hors classe afin que le plus grand nombre puisse être assuré d’accéder à la classe exceptionnelle.

Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Sur les 148 collègues promouvables (33 au vivier 1, 130 au vivier 2 dont 18 aux deux viviers) seulement 22 ont été promus soit environ 15% des promouvables. Certes, les contingents vont monter en puissance jusqu’en 2023 pour atteindre 10 % du corps des profs d’EPS mais cela ne suffira pas à ce que tous puissent accéder à la classe exceptionnelle durant leur carrière ; surtout si les des collègues trop jeunes entrent dans le grade. En effet, ces collègues bloqueront pour longtemps le turn-over qui doit s’opérer dans les contingents.

Nous entendons déjà les pourvoyeurs de la méritocratie nous rappeler à l’ordre et nous dire que nous n’avons pas tous la même valeur. Toutes les idées sont respectables, même si nous ne croyons pas que c’est en classant les collègues que le travail sera meilleur. Pour autant, ce n’est pas encore cette fois-ci que l’on pourra se rassurer en se disant que le mérite sera déterminé avec justice et équité.

En effet, il faut savoir, pour commencer, que tous les collègues méritants ne pourront pas avoir un avis excellent de M. Le Recteur. Normal puisque les avis excellent sont très contingentés, au même titre que les avis très satisfaisant.

D’autre part, inutile de revenir sur ce qui est dit plus haut mais les quotas de promotion sont très restreints.

Sans compter que l’on peut être très méritant aux vus des avis donnés par le chef d’établissement et les IPR et se retrouver avec un simple avis satisfaisant de la part du Recteur.

Certes l’administration nous a donné quelques critères qui ont pu présider à l’attribution des avis et des classements (équilibre hommes/femmes, équilibre collègues du supérieur/ collègues du secondaire, un peu l’âge des collègues…) mais rien de parfaitement clair. Nous sommes persuadés que l’administration locale a tenté de travailler dans le sens d’un maximum de justice mais les dés étaient pipés. La circulaire ministérielle met les rectorats dans une situation très délicate.

Pour être clair, il est difficile d’éviter l’arbitraire administratif.

Sans vouloir nous répéter eu égard à notre déclaration liminaire, nous ne pouvons que déplorer la disparité de qualité et la forme que prennent les avis littéraux. Plus particulièrement ceux des chefs d’établissements.

Vous l’aurez compris, la vision méritocratique est encore une fois battue en brèche.  Notre avis ne changera donc pas sur ce qu’il nous semble devoir être privilégié pour l’accès au dernier grade du corps. L’ancienneté et la proximité du départ en retraite de nos collègues à la hors classe doivent être des critères prépondérants. C’est dans ce sens que nous avons fait nos propositions. La plupart de nos propositions ont été retenues par l’administration.

Nous vous rappelons qu’il y aura, cette année, une deuxième campagne de promotions à la classe exceptionnelle au titre de l’année 2018-2019. Le dépôt des candidatures pour l’accès au vivier 1 devrait être possible dès la fin du mois de mars.

 

 

 

Si les délais sont tenus par l’administration, les premières CAPA pour la classe exceptionnelle au titre de l’annee 2017 vont se tenir à partir de la semaine prochaine.
Sont concernés les professeurs agrégés hors classe d’EPS et les professeurs EPS hors classe aussi.
Ceux d’entre vous ayant candidaté au premier vivier de la classe exceptionnelle et ayant été validés et ceux ayant atteint le 6ème échelon de la hors classe sont concernés par ces CAPA.
Afin de pouvoir défendre au mieux chacun d’entre vous, le SNEP vous propose de remplir les fiches ( cliquez ici -> fiche profs   ou   fiches agrégés ) à cette information
Etant donné l’urgence, vous pouvez remplir via le logiciel de lecture PDF les cases et nous les renvoyer par retour à  snepnice@bbox.fr et vous pouvez aussi les remplir à la main et les scanner pour nous les renvoyer à snepnice@bbox.fr de la même manière.
ATTENTION ne confondez pas la fiche agrégés et la fiche professeurs EPS
La prochaine campagne classe exceptionnelle au titre de l’année 2018 commencera fin mars et les CAPA se tiendront en fin d’année scolaire.
Merci d’avance de réaliser cette opération dans les meilleurs délais de manière à ce que nous ayons le temps de les analyser.

 

Parcours Professionnel, Carrières, Rémunérations

Tout savoir sur le PPCR–> ici

Le SNEP-FSU s’est prononcé pour la mise en place du PPCR car il comporte des avancées non négligeables pour nos carrières. Bien sûr, toutes nos revendications n’ont pas abouti. Nous aurions préféré, par exemple, une augmentation du nombre d’échelons au grade précédent plutôt que la création du nouveau grade (la classe exceptionnelle) qui représente une barrière que certains ne pourront pas forcément franchir.  Mais les négociations ne s’arrêtent jamais. C’est comme ça qu’aujourd’hui 94% des collègues qui sont au 11ème échelon de la classe normale passent à la hors classe. Ce sont des années de négociations sur les barèmes et le calcul des ratios qui ont permis de gagner sur ce terrain.
La méritocratie dans la carrière a souvent montré ses limites. Que dire de la différence de mérite entre des collègues inspectés tous les 3, 4 ans et ceux qui ont passé plus de 10 ans sans inspection ? Le résultat sur les carrières n’est pas le même pour autant, le mérite des uns était-il plus grand que le mérite des autres. Aujourd’hui, le mérite a moins sa place dans notre avancée de carrière et pour nous, cette situation est moins créatrice d’injustices.
Nous savons que certains s’opposent à ces nouvelles modalités et les critiquent. C’est leur droit mais nous attirons votre attention sur des dérives argumentaires qui ne correspondent pas à la réalité.
Pour exemple, nous entendons dire que ceux qui passaient toujours au grand choix dans l’ancienne carrière auraient été pénalisés dans le cadre des nouvelles carrières car ils arrivaient au 11ème échelon en 20 ans alors qu’aujourd’hui il faut 24 ans.
Si la notion de durée est vraie, les détracteurs du PPCR oublient volontairement de dire que les grilles indiciaires ont évolué aussi. La réalité mathématique est la suivante : aujourd’hui celui qui avance au meilleur rythme aura gagné sur 20ans 121590 points d’indice contre 121269 dans l’ancienne carrière soit 327 points d’indice en plus ou 1400 euros. Il n’y a donc aucune perte mais plutôt un gain.
Cet exemple est le moins favorable au PPCR mais seulement 2% des collègues passaient toute leur carrière au grand choix. Il existe des exemples plus parlants. Sur 26 ans, le PPCR engendre un gain de 18000 euros par rapport à l’ancienne formule et sur 30 ans, le gain est de 44000 euros. Pour les néo titulaires, le gain est de 1400 euros sur 2 ans. Cette démonstration vérifie ce que nous disions plus haut.
Le 30 novembre dernier, la circulaire sur la classe exceptionnelle est sortie. Les collègues promouvables vont devoir réagir rapidement car certains doivent faire acte de candidature sur IPROF entre le 8 et le 22 décembre. Nous allons faire en sorte d’envoyer à tous les concernés un mail décrivant toutes les modalités de l’accès à la classe exceptionnelle mais n’hésitez pas à vous rapprocher de nous si vous souhaitez avoir des renseignements plus précis.
Plus largement, l’ensemble des militants du SNEP-FSU se forme afin d’être en mesure de vous accompagner dans vos questionnements sur nos nouvelles carrières. N’hésitez pas à nous solliciter !

ACCES à LA CLASSE EXCEPTIONNELLE

Le calendrier publié dans cette circulaire donne des délais très
serrés. Pour les collègues ayant 8 ans dans certaines fonctions, il faudra faire acte de candidature avant le 22 décembre. Pour les collègues au dernier échelon de la hors classe, leur candidature sera automatiquement examinée. Deux modalités d’accès à la classe exceptionnelle :80% des places seront accessibles pour les collègues ayant rempli pendant 8 ans les fonctions listées ci-dessousLes collègues peuvent candidater à partir du 3ème échelon de la hors classe pour les professeurs d’EPS, du 2ème échelon de la hors classe pour les agrégés. Les fonctions sont cumulables, mais une seule
fonction est prise en compte pour une année.

Affectation dans un établissement classé éducation prioritaire
Affectation dans l’enseignement supérieur
Directeur de service départemental ou régional de l’UNSS
Conseiller pédagogique auprès des IEN chargés du 1er degré
Formateur académique (décret 20/07/2015)
Référent auprès des élèves en situation de handicap (D 351-12 à D351-15 du code de l’éducation)


80% des places seront attribuées aux collègues qui remplissent ces fonctions. Par contre il sera nécessaire de candidater du 8 au 22 décembre. Des pièces justificatives pourront vous être demandées.

 

20% des places restantes sont accessibles pour des collègues sans fonction particulière mais qui sont au dernier échelon de la hors classe. Leur examen en CAPA sera automatique, il n’y aura pas nécessité de candidater.

Le barème comprend une partie basée sur l’ancienneté et une partie sur un avis du recteur (Avis qui risque d’être déterminant dans l’obtention de cette promotion). Le SNEP FSU agira pour que
l’ancienneté et la proximité de la retraite soit prise en compte de manière plus importante, afin de fluidifier son accès et permettre que le maximum de collègues accèdent à la classe exceptionnelle.

Nous t’enverrons prochainement  la fiche syndicale à transmettre au SNEP-FSU académique.

Les CAPA se tiendront en février et mars.

 

Il y aura ensuite une deuxième campagne pour la nomination à la classe exceptionnelle au 1er septembre 2018. Attention certains collègues ne disposeront pas des 8 ans de fonctions pour la
campagne 2017 mais pourront en disposer pour la campagne 2018 !

 

Bienvenue sur le nouveau site du SNEP NICE

loading