web analytics

SOCIAL

ACTIONS SOCIALES

RETRAITE: un projet de loi qui confirme la régression sociale !

Avec la publication du projet de loi, nous entrons dans la phase du débat parlementaire. Les mobilisations ont déjà permis une prise de conscience massive sur ce projet rétrograde. La majo-rité de la population (61%) et des organisations syndicales sont pour le retrait du texte. De plus, le Conseil d’État vient de rendre un avis cinglant sur ce projet, qui « vacille » de plus en plus. Le gouvernement s’entête et s’isole. Il fait le choix d’une procédure accélérée à l’Assemblée Nationale et affirme sa volonté de faire passer ce projet en force. Réduire le droit des parlementaires, nier les organisations syndicales et les personnels mobilisés, tout en accentuant la répression, représentent un danger pour notre République. Il faut poursuivre l’action et la campagne d’opinion, notam-ment en rencontrant les parlementaires. Nous vous proposons ci-dessous un décryptage du projet de loi….. lire la suite

Régime Universel = Perdants Universels

MARDI 17/12 PLACE AU RAZ DE MARÉE DANS NOS RUES

NICE : 10h00 Gare Thiers
· TOULON : Rassemblement à 9h30 place de la Liberté puis départ de la manifestation 10h30 Porte Castigneau.
· DRAGUIGNAN : 10h30 devant la sous-préfecture.
· BRIGNOLES : 10h devant le lycée Raynouard

Soyons rassurés Édouard a parlé !!! Il ne voit plus aucune raison pour que nous fassions la grève !!!
C’est vrai c’est surprenant, il n’a rien changé au projet initial mais il ne comprend pas pourquoi il y aurait un raz de marée dans la rue mardi !!!

Balayons quelques idées reçues des éléments de langage actuels

Idée reçue n°1 : Tout le monde gagne sauf peut être les enseignants !!!

.Nul besoin d’être docteur en mathématiques pour démontrer l’absurdité d’une telle affirmation.

   En limitant, par la loi, la part du PIB affectée aux retraites alors qu’on sait que le nombre de retraités va encore croitre, l’équation est simple : il va falloir partager en plus de parts le même gâteau !!!!

Le PRIVE PERDANT : Les deux régimes actuels de retraites des travailleurs du privé seront fondus dans un régime unique beaucoup moins intéressant que leurs régimes actuels.
     – Dans le régime de base, les 25 meilleures années sont prises en compte pour le calcul de la retraite alors que demain, c’est toute la carrière qui sera prise en compte ne permettant plus de lisser les carrières hachées
– Pour les salaires inférieurs à 3337 euros/mois l’assiette des cotisations évolue peu mais pour les salaires supérieurs qui correspondent aux salaires de cadres l’assiette des cotisations diminue drastiquement surtout celle des employeurs (-11%). Peu surprenant que les patrons soient satisfaits de cette réforme, on leur diminue drastiquement le coût du travail pour les cadres et donc les financements des retraites !!!
   – Pour les régimes complémentaires qui correspondent à un système par point les travailleurs du privé ont rapidement compris qu’ils allaient y perdre. Ils passent d’un système géré par les partenaires sociaux permettant d’obtenir un rendement du point entre 6.6 et 10% selon les caisses de retraites complémentaires à un rendement de 5.5 % pour tous (décidé unilatéralement par le gouvernement) et soumis à la décote pour un départ à la retraite avant l’âge pivot de 64 ans pour le moment.
Edouard n’a pas froid aux yeux lorsqu’il annonce un gain pour tous !!!!
Le PUBLIC PERDANT AUSSI :
     – On passe d’une retraite calculée sur la base de 75 % des 6 derniers mois de salaire à une retraite calculée sur la base des points acquis sur l’ensemble de la carrière. La prise en compte des primes ne couvrira pas la baisse des pensions pouvant atteindre 30 à 40 % selon les cas et les profils de carrières.
– On passe d’une décote de 1.25 % par année de cotisation manquante (plafonnée à 6.25%) à une décote de 5% par année manquante par rapport à l’âge pivot de départ en retraite (64 ans). Pour le moment la décote est plafonnée à 10% mais lorsque l’âge pivot augmentera le plafond passera à 15%.
– Les enseignants plus perdants que les autres car ils touchent deux fois moins de primes que les autres fonctionnaires.

Idée reçue n°2 : Des garde-fous sont mis en place pour les carrières hachées, les enfants, les périodes de chômage..

Là non plus, Edouard n’a pas froid aux yeux,

En effet, les temps partiels de droit qui comptent pour une année entière de cotisation ne seront pris en compte qu’à la hauteur du salaire partiel touché. Idem en cas de chômage avec des indemnités forcément inférieures. Dans certains cas très restreints, des arrêts d’activité professionnelles pourront données lieu à l’obtention de points mais seulement sur la base de 60% du SMIC. Les 5% complémentaires donnés dès le premier enfant ne suffisent pas à compenser les pertes. Les femmes seront, une nouvelle fois, les plus touchées.

Idée reçu n°3 : Les profs seront revalorisés progressivement pour compenser les pertes de pensions. (Ah bon Edouard !!!! Je croyais que tout le monde y gagnait

Encore une fois, avec un système simple il est facile de compter. Pour percevoir la même retraite calculée sur une carrière pleine d’enseignant (2600 euros selon M. Delevoye), Il faudrait qu’un enseignant touche 1500 euros bruts mensuel de plus en moyenne sur l’ensemble de sa carrière. (4343 euros en moyenne contre 2850 euros aujourd’hui.)
      Qui peut croire que les enseignants pourront bénéficier d’une telle augmentation. Il faudrait être bien naïf pour imaginer que le gouvernement augmentera le budget de l’Education Nationale des 30 milliards nécessaires.    

     Et puis quels types de rémunérations ??? Primes au mérite ???    

Idée reçue n°4 : Ceux qui sont nés avant 1975 n’ont pas de souci à se faire

C’est intéressant d’entendre une chose pareille quand on sait que le gouvernement s’apprête à mettre en œuvre la plus grande injustice jamais constatée dans le système des retraites.
En effet, les générations d’après 1975 vont cotiser pour payer les pensions des générations avant 1975 tout en sachant qu’ils auront, à terme, 30 ou 40 % de moins de pensions que ceux pour lesquels ils cotisent. Quelle personne sensée peut s’imaginer que ce système sera viable longtemps ???
Face à cet abandon d’un système solidaire et équitable il n’en faudra pas beaucoup pour que les actifs abandonnent le système par répartition (au profit d’un système par capitalisation) dès qu’on leur en fera la proposition. Qui paiera alors les retraites des générations d’avant 1975 ???

Idée reçue n°5 : Les femmes sont prises en compte et sont gagnantes dans le nouveau système…

Là il faut nous expliquer :
– Fin de la prise en compte du temps partiel de droit (garde enfant) comme du temps plein.
– Prise en compte des primes pour compenser les baisses de pensions dans le système par point (les femmes sont celles qui touchent le moins de primes)
– Les femmes sont payées 20 % de moins que les hommes et pourront donc acheter 20% de moins de points…
Tout ça se passe de commentaire !!!

le 10 DEC  pour nos retraites, nos salaires, notre métier… ON REMET CA

Suite à la mobilisation historique du 5 Décembre, le gouvernement n’a pas répondu aux interrogations, colères et à notre demande d’ouverture de négociations pour améliorer le système de retraite actuel pour tous.

C’est pourquoi l’interprofessionnelle avec la FSU appelle à un nouveau temps fort de grève et de manifestations le Mardi 10 Décembre.

Il faut donc continuer et amplifier le rapport de force en se mettant massivement en grève et en rejoignant les manifestations avant les annonces  d’E. Philippe mercredi.

Dans de nombreux établissements et services, des Assemblées Générales ont lieu, les actions se développent : reconduction de la grève, banderoles devant les établissements, opérations tractages, etc….

Rappelons que le projet en cours vise à briser notre système solidaire et affaiblir les pensions pour aller vers un système d’épargne individuelle et ouvrir la voie à la capitalisation.

Le fait que J.P Delevoye ait oublié de révéler à la commission de la haute autorité pour la transparence de la vie publique sa fonction d’administrateur d’un institut de formation pour les assurances est très révélateur.

Une nouvelle réunion de l’Interprofessionnelle aura lieu dès le Mardi 10 Décembre au soir.

Poursuivons l’action collective pour gagner. Toutes et tous en grève et en manifs le 10 Décembre.

Un tract explicatif pour les parents vous est proposé en lien–> ICI.
Il faut gagner la guerre de la communication en informant le plus largement possible.

Faites-nous remonter toutes les initiatives locales, pour les soumettre à tous

le 5 DEC  pour nos retraites, nos salaires, notre métier

 Lire le communiqué de presse

La grève du 5 décembre à l’appel de l’interprofessionnelle contre le projet de réforme des retraites est essentielle pour l’avenir même de notre métier et pour une revalorisation salariale digne de ce nom. S’il est communément admis que nos salaires ne sont pas à la hauteur des missions qui nous sont confiées et que le métier d’enseignant subit un déclassement sans précédent, l’actualité récente (près de 70 suicides depuis 2018) montre avec force la dégradation de nos conditions de travail, la perte de sens dans l’exercice de nos métiers, le ras le bol et la fatigue des enseignants qui subissent réforme sur réforme, injonctions et prescriptions, multiplication des tâches de toutes natures… Le gouvernement, s’agissant des enseignants, est conscient de la perte qu’ils subiraient dans le cadre du projet de réforme (de 300 à 800 euros selon les estimations) et s’engage pour une revalorisation mais celle-ci ne porterait que sur l’indemnitaire ou les primes… Par ailleurs, Le Président, tout comme le Ministre de l’Education, souhaite subordonner une hypothétique revalorisation salariale des enseignants à une nouvelle définition de leur métier, de leur statut, de leur temps de travail, de leurs missions…

On le voit donc, la réforme des retraites sera un moment charnière pour les enseignants et dans notre discipline, l’EPS, nous avons des spécificités à faire valoir et à prendre en compte. Conditions de travail, pénibilité spécifique du métier doivent aussi être au cœur des débats qui s’ouvrent. Personne d’autre que nous ne les mettra sur le devant de la scène.

Alors, le 5 décembre, pour notre avenir, soyons toutes et tous en grève et dans la rue pour porter nos revendications pour l’amélioration de nos salaires, pour défendre nos missions, notre métier et nos retraites !

!
Benoît Hubert
Secrétaire général du SNEP-FSU

Loi Fonction publique : danger grave et imminent !

 

Mardi 19 mars : aux côtés de l’ensemble des salariés dans le cadre de la journée interprofessionnelle, grèves et manifestations Fonction publique.
Rassemblements :
NICE : 10h gare Thiers
TOULON : 10h place de la Liberté

mercredi 27 mars : journée d’action Fonction publique à l’occasion du passage du projet de loi en conseil des ministres.

FONCTION PUBLIQUE, structuration et transformation–> LIRE
 transformation de la fonction publique: EXPOSE DES MOTIFS–> lire

 

Le projet de loi « transformation de la Fonction publique » qui a été présentée aux organisations syndicales n’est ni plus ni moins qu’un projet de destruction du statut d’une brutalité inouïe. Ce sont les équilibres du statut de 1946, réaffirmés par les lois de 1982 à 1984, qui sont piétinés, et avec eux la conception d’un fonctionnaire citoyen au service de l’intérêt général opposée à celle d’un fonctionnaire « aux ordres ». C’est tout le modèle social français et la garantie de neutralité des agents publics qui sont dans le viseur du gouvernement….. lire la suite

Jeudi 24 janvier : Grève unitaire dans le second degré

À l’appel d’une large intersyndicale des personnels (SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNETAP-FSU, CGT, SUD, SNCL, SIES) et des lycéens (UNL, FIDL)

Salaires, conditions de travail, rentrée 2019 :
Stop au mépris !

Rassemblements

à NICE : 10h30 Place Garibaldi

à TOULON : 10h30 devant l’IA 83

DÉFENSE DE LA FONCTION PUBLIQUE LE 09/10

Nos organisations s’inscrivent dans la journée interprofessionnelle d’action du 9 octobre.
Avec les salarié·e·s du privé, les chômeurs-chomeuses, les étudiant·e·s et les lycéen·ne·s, cette mobilisation sera l’occasion de dire une nouvelle fois notre refus des politiques libérales qui maltraitent les plus démuni·e·s et octroient toujours davantage aux plus fortuné·e·s. Depuis plus d’un an, le président de la République, le Premier ministre et le gouvernement accumulent les mesures régressives et mettent en oeuvre une politique d’austérité pour le plus grand nombre, satisfaisant ainsi les voeux d’une minorité tournée vers une société de profit qui considère le service public comme une charge financière inutile.
Après les attaques frontales contre le Code du travail, les prestations sociales, les retraité·e·s, la SNCF et les cheminot·e·s, les projets en matière d’assurance chômage et de retraite laissent craindre le pire.
Dans ce contexte général, la Fonction publique et ses agent·e·s sont, malheureusement, placé·e·s aux premières loges de cette frénésie libérale. Gel prolongé de la valeur du point d’indice, rétablissement du jour de carence, suppressions d’emplois, mobilité forcée, abandon des missions, privatisations… la liste des reculs serait trop longue à énumérer. ..lire la suite

Éducation nationale : grève le 12 novembre

2 650 suppression de postes !!!

C’est avec consternation et incompréhension que les organisations syndicales FSU, UNSA-Education, SGEN-CFDT ont découvert les annonces budgétaires pour l’année 2019 enterrant de fait la priorité à l’Éducation nationale.
Avec 2650 postes d’enseignant-es et 400 de personnels administratifs supprimés, c’est une nouvelle dégradation des conditions d’études des élèves et de travail des personnels qui est programmée.
Cela n’est pas compatible avec l’ambition d’un enseignement de qualité et d’une plus grande égalité de réussite, ni d’une bonne administration du système éducatif.
Les organisations FSU, UNSA-Education, SGEN-CFDT dénoncent ces suppressions d’emplois dans un contexte d’augmentation démographique. La « priorité au primaire » ne peut pas se faire par un redéploiement de moyens.
Elles demandent au gouvernement de renoncer à ce projet.
Les organisations FSU, UNSA-Education, SGEN-CFDT appellent les personnels de l’Éducation nationale à une journée de grève le 12 novembre prochain.
Elles appellent toutes les organisations syndicales de l’Éducation nationale à rejoindre cette action.

Les Lilas, 25 septembre 2018.

« TOUS EN GREVE LE  22 MARS »

–  dans le Var

 

Parce que les Services Publics sont garants de l’intérêt général au service de la cohésion sociale, les Organisations syndicales CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES, CFE-CGC, CFTC font le constat que leurs positions et leurs revendications ne sont toujours pas entendues.
Aussi, elles appellent à une journée nationale de grèves et de manifestations le JEUDI 22 MARS 2018
2 manifestations dans le Var :

10 H 00, Place de la Liberté à TOULON.
10 H 30, Sous-Préfecture à DRAGUIGNAN.

 

– dans les AM

 

 

Dégradation des salaires, explosion du statut, suppressions de postes : tous en grève le 22 mars !

En savoir plus

Rendez-vous 10 h Place Massena à Nice

 

Fonction publique : mobilisé.e.s
le mardi 10 octobre

 

  • A TOULON – 10H – PLACE DE LA LIBERTE
  • A DRAGUIGNAN – 10H30 – DEVANT LA SOUS PREFECTURE
  • A NICE – 10H – PLACE MASSENA

Depuis l’arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s’accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d’emplois sur les 3 versants de la Fonction publique.. lire la suite

 

Bienvenue sur le nouveau site du SNEP NICE

loading